Bernadette Khalil, du Liban au Québec

Aujourd’hui, je suis principalement intervenante en soins thérapeutiques, mais c’est la danse orientale qui fut à la base de mon cheminement et de mon parcours professionnel. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été imprégnée par la danse telle qu'on la pratique dans mon pays natal, le Liban. Dès l'âge de 10 ans, j'enseignais déjà la danse orientale à des amis. Puis, la guerre est arrivée et j'ai dû interrompre mes cours. Je ressentis alors un grand vide, un manque, car je n'avais personne avec qui partager ma passion.

Mes parents ont émigré au Canada pour vivre dans un règne de paix alors que j'avais 16 ans. Aussitôt arrivée en sol québécois, je recommençai à donner des cours de danse orientale en privé. Vers la même époque, je joignis une troupe de folklore libanais à Québec. La troupe organisa un spectacle qui représentait le Liban. Pour la première fois de ma vie, je me suis produis en solo devant quelque 5 000 personnes. Quelle expérience merveilleuse!

L'ouverture ainsi créée m'a donné le goût de fonder ma propre troupe de danse orientale, Phénicia alors que j'avais 18 ans. Les profits des spectacles étaient convertis en dons acheminés au Liban ou en soutien à des activités libanaises à Québec. C'était le prélude à la Fondation que j'ai mise sur pied quelques années plus tard pour venir en aide aux familles libanaises victimes de la guerre.

Ensuite, soit vers l'âge de 20 ans, j'ai offert des cours de danse orientale à des groupes. Les cours ont été donnés aux loisirs de Charlesbourg, au Centre psycho corporel Marguerite-Bourgeois et aux loisirs de la Ville de Sainte-Foy. J'ai également enseigné au collège Jésus-Marie. Au fil des années, j'ai eu le plaisir de donner de nombreux ateliers et spectacles au Québec, dont le Festival d'été de Québec, et aux États-Unis. Depuis l'âge de 29 ans, j'ai décidé de mettre fin aux spectacles. J'ai trouvé une nourriture encore plus grande dans l'enseignement de la danse orientale.

Par la suite, j'ai mis au point la technique Ikaa, qui est une méditation en mouvements. Ikaa signifie harmonie. Dans les années 90, j’ai développé une expertise en soins thérapeutiques. En combinant différentes approches et en créant ma propre technique, je réussis (Dieu merci!) à améliorer la vie intérieure et physique des personnes qui me consultent. 

Je suis remplie d'une gratitude infinie à l'endroit des Québécoises et des Québécois qui m'ont accueillie et qui se sont montrés ouverts à ma danse et à ma pratique en soins thérapeutiques. Je suis honorée que mes élèves acceptent une danse qui n'est pas la leur et je me sens privilégiée et comblée d'avoir la chance de partager ainsi l'amour de mon pays. Je salue leur générosité et l'ouverture de leur cœur. Mon enseignement est ma façon de leur rendre cette générosité.

Mes formations en soins thérapeutiques

Mes interventions comme thérapeute représentent un prolongement de ma passion pour la danse. Les deux disciplines travaillent au mieux-être de la personne, apportant des bienfaits tant au niveau du corps que de la vie intérieure.

À la fin des années quatre-vingt, j'ai offert tout naturellement à ma clientèle des massages thérapeutiques. Les résultats furent au-delà de mes espérances et de celles des personnes qui me consultaient ! À tel point que j'ai voulu comprendre ce qui se passait. Je suis allée moi-même consulter un massothérapeute. Toutefois, je n'arrivais pas vraiment à ressentir le même état de bien-être dont me faisait part ma clientèle. Je peux difficilement l'expliquer, mais il y avait une énergie particulière dans les massages tels que je les pratiquais. Les gens disaient être plus heureux, plus « patients » et davantage épanouis. Leurs commentaires m'ont fait prendre conscience du don – appelons-le comme cela – qui m'habitait.

Au début des années quatre-vingt-dix, j'ai voulu en connaître davantage et j'ai suivi les formations me permettant de pratiquer le Reiki avec le maître Reiki Denise Limoges. Puis, j'ai reçu la formation Simply Healing du Carolyne Cooper University, ainsi qu'une formation intensive sur le Toucher thérapeutique Chelason. Dès lors, je pouvais proposer des soins thérapeutiques à ma clientèle. Les résultats continuaient de m'étonner, mais le plus important pour moi était les améliorations senties que mes soins lui procuraient. Les témoignages que je recevais faisaient foi de tout.

Au début de la présente décennie, je me suis intéressée aux travaux du Dr Dain Heer et de Gary Douglas. J'ai pu apprendre les techniques Foundation +, Level 1 et Access body processors. Je suis toujours en processus de formation continue avec eux afin de perfectionner ma pratique. Je me suis également formée en Release technique, une approche basée sur les travaux de Lester Levenson. Par la suite, je me suis spécialisée en Reiki avec le maître Owen Coleman en complétant avec succès les trois niveaux du Pure Reiki Healing Master.

Toujours en quête de perfectionnement, j'ai poursuivi mon apprentissage en soins thérapeutiques avec le maître japonais Kenji Kumara. Ce dernier m'a enseigné la méditation et m'a permis de perfectionner l'utilisation du Toucher thérapeutique. Puis, j'ai découvert Access the Bars, une approche développée par Gary Douglas. Les cinq formations que j'ai suivies me permettent non seulement de pratiquer cette merveilleuse technique, mais aussi de l'enseigner. Finalement, j'ai étudié l'EFT (Emotional Freedom Technique) et j'ai complété trois niveaux avec la thérapeute et enseignante Anita Casalina.

Au-delà de ces différentes approches, j'ai développé ma propre technique que j'ai baptisée Bekaa.  Ce mot fait référence à mon nom et c'est aussi le nom d'une ville au Liban, qui est une ville de richesse. C'est un traitement riche, empreint d'une énergie de prospérité. Il réveille l'ADN qui n'a pas été utilisé, la partie qui est endormie. Il s'agit d'une forme de toucher thérapeutique et les interventions se pratiquent au niveau du visage, de la tête et des 21 chakras du corps. Les personnes qui me consultent et qui connaissent mes différentes approches me demandent souvent d'intervenir avec la technique Bekaa. Ils se disent plus calmes intérieurement, davantage confiants, ils dorment mieux et constatent un apaisement des maux physiques.

Au final, les témoignages de ma clientèle me permettent de constater que ma pratique allie efficacité et efficience. Ils me disent que les résultats de mon travail en soins thérapeutiques sont positifs à tel point qu'ils retrouvent une vie épanouie, en santé, et ce, en peu de temps.

De tout cœur, choukrane (merci), soyez bénies et bénis,

Intervenante en soins thérapeutiques